accueil

Focus sur... Les Rencontres internationales de Lure

Olivier Nineuil, dessin, Rencontres internationales de Lure, 2013.

Nicolas Taffin et Samuel Goyet des Rencontres internationales de Lure, nous parlent de l'édition 2014 qui s'est tenue dans le petit village de Lurs (Alpes-de-Haute-Provence) du 24 au 30 août 2014.

Quel est le programme de cette nouvelle édition des rencontres de Lure ?

Cette semaine s’intitule « Chemins de faire. Activer la page blanche » (une image est empruntée à Adrian Frutiger). Au-delà de la question des outils, qui a un sens pratique si ce n'est politique avec notamment l’opposition très actuelle entre logiciels propriétaires et/ou outils libres, nous avons voulu mettre en lumière les cuisines de la création. Comment s’initie le processus créatif, comment passe-t-on du blanc de la page au noir du signe graphique ?

À Lure cet été, c’est tout le dispositif de création que nous allons éclairer par la rencontre avec des acteurs importants ou innovants : en solitaire ou en groupe, dans quel environnement, dans quelle création, à quel rythme, avec quels moyens, quelles intentions ? C’est cette perspective plus large que le graphisme et la typographie qui va nous donner l'occasion de mieux comprendre ce qui se passe sur la table, et autour. Avec aussi les mille petites manies et anecdotes qui témoignent de la vie des artistes, des designers et qui composent leur quotidien de création.

Quelle est la spécificité de ces rencontres professionnelles ?

Jean Giono, un des fondateurs des Rencontres, a un jour adressé ce conseil aux lursiens : « vous réussirez parce que vous parlez métier ». Sans jamais perdre de vue cet ancrage historique dans la typographie et le graphisme, nous essayons systématiquement d’élargir la discussion à d’autres formes d’arts, à la recherche universitaire, aux nouvelles technologies… C’est pourquoi chaque année, nous invitons des typographes, des graphistes, mais aussi des artistes, des éditeurs, des imprimeurs, des chercheurs… Cette année par exemple, Roger Druet ou Gustavo Ferreira, typographes, côtoieront Maroussia Diaz Verbèke (acrobate membre du collectif Ivan Mosjoukine) ou encore Emmanuël Souchier (enseignant-chercheur) & David Meulemans, éditeur, créateur du logiciel DraftQuest. Tous viendront parler de leurs manières de faire, des processus de création. C’est ce creuset, cette rencontre de savoirs et de savoirs-faire que nous cherchons à mettre en place chaque année.

Y a t-il des moyens d'avoir accès aux conférences et aux discussions au delà de l'événement lui même ?

Nous avons choisi de ne pas publier ou de vidéo-diffuser les conférences, justement pour conserver ce côté direct, humain, non médiatisé de l’évènement. Ce qui s’échange entre les murs de la Chancellerie la dernière semaine d’août s’inscrit dans les mémoires, vous ne trouverez d’ailleurs pas d’actes à proprement parler des Rencontres de Lure .
À cette logique de retranscription, nous privilégions celle, plus personnelle, des comptes-rendus ou des témoignages. Cela se fait à chaud :  au long de la semaine,  des participants s’expriment sur les réseaux sociaux, et interpellent l’extérieur dans un dialogue amusant à suivre  (twitter @delurepointorg  facebook https://www.facebook.com/rencontresdelure). Nous relayons également les articles de blogs qui parlent des Rencontres. Last but not least, l’association publie depuis 2012 une revue annuelle, Après/Avant. Comme son nom l’indique, cette revue fait le point sur l’année passée et celle à venir, en publiant des comptes-rendus rédigés par les participants présents aux Rencontres. Nous utilisons pour la composition des typographies de jeunes graphistes français (plus de 70 typos différentes pour le dernier numéro), leur permettant de voir leur typo in vivo, en plus de promouvoir l’avant-garde typographique. Après/Avant est disponible auprès de R-Diffusion, et nous en profitons pour saluer tout le travail réalisé par l’équipe de la revue, qui rappelons-le est bénévole, comme toute l’équipe des Rencontres Internationales de Lure. Et ça fait 61 ans que ça dure !

 

Entretien réalisé en juillet 2014 par Véronique Marrier, chargée de mission pour le design graphique au Centre national des arts plastiques et co-commissaire de « Graphisme en France 2014 ».