accueil

Focus sur... Recto Verso

Amélie Gastaut, conservatrice en charge des collections design graphique et publicité aux Arts décoratifs nous parle de l’exposition « Recto-Verso. Huit pièces graphiques » qui est prolongée jusqu’au 1er février 2015.

Quel est le propos de l’exposition « Recto Verso. Huit pièces graphiques » ?

À l’inverse des expositions monographiques que nous proposons habituellement qui présentent avant tout  le fruit des relations entre designers graphiques et commanditaires ou l’œuvre créée est au départ une contrainte et est pour beaucoup de graphistes, à la base de leur création.
Avec Recto Verso, notre intention a été de présenter des designers graphiques qui  travaillent, bien évidemment, dans le cadre de la commande mais aussi en dehors d’elle. C’est précisément sur cette double pratique que notre attention s’est focalisée permettant ainsi d’interroger le statut du travail, et celui du designer graphique entre technicien de la communication et artiste. L’exposition propose huit pièces graphiques, réalisées spécialement pour l’exposition par les graphistes qui investissent chacun un espace. Dans chacune de ces pièces -  il faut entendre par pièce à la fois l’espace de monstration mais aussi le terme employé pour désigner l’œuvre d’art - les liens qui existent entre les travaux de commande et les recherches ou réalisations plus personnelles permettent de montrer leur porosité ou comment l’un se nourrit de l’autre pour construire à terme un seul et même univers plastique. Univers plastiques desquels se dégagent, pour chacun d’entre eux,  des corpus, des concepts personnels, récurrents et spécifiques, mettant ainsi à mal l’idée convenue que l’apport du graphiste dans sa relation avec le client se limiterait à un simple savoir-faire, à une réponse littérale à un cahier des charges. Ainsi, quand ils travaillent dans le cadre d’une commande, chacun de ces graphistes propose avant tout son univers plastique, son écriture et une réponse décentrée.

Comment avez-vous sélectionné les huit graphistes qui sont présentés dans l’exposition ?

Nous avons choisi de montrer le travail de Christophe Jacquet, Mathias Schweizer, Fanette Mellier, Vier5, Helmo, Pierre Vanni, Jocelyn Cottencin et Akatre, chacun dispose d’un espace qu’il a investi à sa manière. Le postulat de départ était de présenter des travaux de commande et des projets hors commande. Au final, dans la plupart des propositions, cette distinction n’est pas évidente à faire pour le visiteur, ce qui vient donc justifier le titre de l’exposition et  son propos qui pour moi se résume assez bien dans une phrase de Jean Giraudoux « Il n’y a pas d’œuvres, il n’y a que des auteurs ». Ce qui nous intéresse chez ces huit graphistes c’est que bien qu’ils soient  issus de générations différentes, qu’ils interviennent dans des champs très divers - spectacle vivant, édition, design, bande dessinée, musique, mode, art contemporain-  qu’ils aient chacun des processus  et des vocabulaires graphique très différents, néanmoins, il me semble, qu’ils se  rejoignent  sur l’idée  commune que  le design graphique n’est  plus uniquement une pratique qui met en jeu des questions économiques et culturelles, mais est  un lieu d’hybridation critique entre communication visuelle et art contemporain.

Une publication conçue par officeabc accompagne et prolonge l’exposition, comment a t-elle été pensée ?

Nous avons choisi les graphistes d’officeabc pour réaliser l’identité visuelle, la signalétique et la publication. Leur travail qui interroge les marges de cette discipline et les interrelations avec d’autres domaines artistiques nous paraissait compléter utilement le propos de l’exposition. Ainsi, ils ont choisi de collaborer avec les designers Bakou design et avec le plasticien Florent Dubois  en présentant  ses céramiques. Dans la publication qui est un objet en soit, huit posters ont été confiés à chaque graphiste présenté dans l’exposition. Les contributions de Thierry Chancogne, Sandra Patron, Marie-Luce Ruffieux et moi-même viennent éclairer, documenter, expliciter ou questionner les pratiques duelles et complémentaires de la commande et de la création plastique.

Entretien réalisé par Véronique Marrier, chargée de mission pour le design graphique au Centre national des arts plastiques et co-commissaire de « Graphisme en France 2014 ».