accueil

Focus sur... Le musée de l'imprimerie de Lyon

Alan Marshall directeur du musée de l’imprimerie de Lyon nous présente l’actualité très riche du musée à l’occasion de son cinquantième anniversaire.

L'actualité en cet automne 2014, est très riche au musée de l'imprimerie qui célèbre son cinquantième anniversaire, une page se tourne, vous changez de nom, quelles en sont les raisons ?
Le monde graphique a changé depuis la création du Musée il y a 50 ans, et à une vitesse prodigieuse ! Sur cette même période, les collections du Musée se sont ouvertes à ces changements, accueillant une foule de nouveaux documents imprimés ou d’objets en rapport avec ces évolutions. Tous ces documents constituent la communication graphique, terme qui a enrichi notre appellation d’origine, et que je définirai comme la discipline qui consiste à créer et assembler textes, images et symboles divers dans le but d’ordonnancer et de transmettre de l’information, traditionnellement sur un support bidimensionnel (papier, écran, signalétique, etc.), mais aussi parfois en trois dimensions.
Les domaines d’application de la communication graphique sont de plus en plus nombreux : édition, presse, information commerciale et administrative, publicité, packaging, communication d’entreprise, identité visuelle, design d’information, infographie, signalétique, etc.
C’est ce que nous montrons désormais dans le nouveau parcours des collections.

Le musée propose également un réaccrochage de sa collection permanente, que pourrons-nous découvrir ?
Nous mettons en œuvre un nouveau regard sur la chose imprimée : bien sûr, nous montrons toujours les produits « nobles » tels le livre et l’estampe, mais aussi des imprimés, certes moins prestigieux, mais tout aussi essentiels à la compréhension de l’évolution de notre société. Désormais, le ticket de bus, la pochette de disque, la presse périodique et magazine cohabitent avec le feuillet de la Bible de Gutenberg. Rien d’iconoclaste dans cette démarche, mais le souci de rendre compte de la communication graphique dans toute sa diversité. Et d’aider le visiteur à répondre à ces trois questions essentielles : qu’imprime-t-on, pourquoi imprime-t-on, pourquoi tel imprimé revêt-il une forme bien définie et pas une autre.
Nous avons également transformé l’aspect de notre collection permanente en rénovant la muséographie. Bureau 205, qui a été le maître d’ouvrage de ce renouveau, a suivi nos recommandations : évoquer la richesse patrimoniale du Musée tout en l’inscrivant dans la modernité.

L'évolution des métiers du design graphique, de la communication visuelle et des nouvelles technologies évolue très rapidement, comment suivez-vous cette progression au sein de vos activités et des collections ?
L’ensemble de la collection permanente montre comment les industries graphiques se sont progressivement spécialisées au fil des siècles, surtout à partir du XIXe siècle avec l’émergence de la publicité et de la profession de graphiste. Ce mouvement s’accélère au cours du XXe siècle avec l’évolution des techniques et l’incroyable diversification des imprimés. Les métiers graphiques s’organisent, se spécialisent, au fur et à mesure que la société exprime sa soif d’information et de communication dans tous les domaines. Nous avons puisé dans les fonds que des acteurs (souvent contemporains) de la création graphique nous ont donnés - graphistes ou dessinateurs de caractères - pour remettre sur le devant de la scène tous ces métiers qui ont connu les bouleversements de la chaîne graphique et ont dû s’adapter à la Pao et aux médias numériques.

Cet anniversaire est également l'occasion de publier un «catalogue déraisonné», pouvez-vous nous parler de cet ouvrage ?
Habituellement, le guide raisonné d’un musée est un exercice scientifique, très sérieux. Avec un sous-titre révélateur : « fragments d’un parcours amoureux », le Musée annonce la couleur. Ici, il s’agit d’un parcours sous le signe de l’amour du livre et de l’imprimerie et de tous ses domaines afférents. Les cinquante contributeurs ont réellement éprouvé une vraie passion pour le document ou l’objet du Musée sur lesquels ils ont choisi d’écrire. Le Guide est un inventaire à la Prévert qui emmène le lecteur à toutes les époques et dans toutes les techniques graphiques ; en cela il est bien le reflet des collections de l’établissement. Le lecteur appréciera le mélange des genres, de l’évocation pleine d’humour et d’anecdotes des métiers de la chaîne graphique à de véritables « scoops » scientifiques sur quelques mystères de l’histoire de l’imprimerie. L’ouvrage a été édité avec le mécénat de LivresEMCC et Territoires et Solidarité.

Entretien réalisé par Véronique Marrier, chargée de mission pour le design graphique au Centre national des arts plastiques et co-commissaire de « Graphisme en France 2014 ».