accueil

Focus sur... « Graphisme au long cours » à Rennes

Isabelle Jégo enseigne le design graphique à l'École européenne supérieure d'art de Bretagne - site de Rennes. Elle y propose depuis 2009, le cycle « Graphisme au long cours » qu'elle présente avec l'exposition « Théâtre Nanterre-Amandiers » réalisée cette année.

Vous avez initié un travail pédagogique au sein de l'école sous l'intitulé « Graphisme au long cours » pour lequel vous confrontez les étudiants au fruit de la collaboration d'un graphiste et d'un commanditaire. Qu'est-ce qui a motivé ces ateliers et quels ont été les sujets sur lesquels vous avez travaillé les années passées ?

Mon envie première était d'exposer du design graphique au sein de l'École des beaux-arts de Rennes (aujourd'hui École européenne supérieure d'art de Bretagne - site de Rennes) et surtout de montrer le travail des graphistes à travers le prisme de la commande. Au moment où se mettait en place à l'École une mention Design graphique au sein de l'option Communication, je voulais remettre la question de la relation graphiste/commanditaire au centre du processus de création, rendre cette relation visible et lisible pour les étudiants.
Ce cycle « Graphisme au long cours » a vu le jour à l'automne 2009 et la première exposition a été consacrée à la longue collaboration entre Ronald Curchod et Michel Mathieu, metteur en scène et directeur du Théâtre de l'Acte, à travers dix-sept affiches réalisées entre 1981 et 2008, le plus souvent accompagnées d’originaux et d’esquisses extraites de ses carnets.

Pour ce premier opus, la mise en place s'est faite de manière plutôt empirique, avec quelques étudiants, en dehors du temps pédagogique des ateliers. Cette première expérience m'a fait prendre conscience des enjeux d'une telle proposition : au-delà du contenu de ce qui était montré, de ce que cela permettait de raconter de la pratique des graphistes et des conditions de la commande, était posée, de manière plus réflexive, la question de l'exposition du design graphique.

J'ai donc à la rentrée 2010 inscrit ce projet dans un atelier semestriel destiné à une dizaine d'étudiants de 3e année de l'option Communication. Il est à préciser ici que les graphistes sollicités acceptent comme postulat de départ l'idée d'une carte blanche  : ils ne découvrent le travail critique et de mise en espace réalisé par les étudiants que lors du vernissage de l'exposition et de la conférence qui l'accompagne.

Quatre expositions se sont succédées :
- Mai 2011, « Merci à ceux qui luttent » : vingt années de collaboration entre Vincent Perrottet (d’abord au sein des Graphistes Associés puis en compagnie de Céline Debrenne) et le CRIPS Ile-de-France (centre de ressources et de prévention sur le VIH/sida, les drogues, les dépendances et les conduites à risque chez les jeunes) dirigé par Antonio Ugidos. L’exposition témoignait de cette collaboration à travers l'analyse, le classement et la mise en espace de 400 documents (affiches, brochures, revues scientifiques, objets, outils pédagogiques etc.) issus des archives du CRIPS.
- Mai 2012, « Rouges-gorges & cosaques » : une longue complicité et une cinquantaine d'ouvrages dessinés par Philippe Millot pour les éditions Cent pages dirigées par Olivier Gadet. L'analyse critique de ce corpus nous avait amenés à une réflexion sur la question du livre et de son exposition. Outre l'exposition « physique » de cette collection, nous avions conçu, avec le collectif bruxellois <stdin>, une « extraordinaire » exposition en ligne.
- Mai 2013, « Ed van der Elsken, imprimés » : l'œuvre imprimé du photographe et ses collaborations avec la scène graphique néerlandaise. Cette année-là l'atelier avait été mené en collaboration avec George Dupin et Benjamin Gomez, également enseignants à l'EESAB-Rennes.
- Mai 2014, « Théâtre Nanterre-Amandier, 11 saisons, 10 affiches (+13) »

Cette année, vous avez travaillé sur le théâtre Nanterre-Amandiers et Labomatic, Pascal Béjean/Nicolas Ledoux, pourquoi les avoir choisis et quel a été le processus de travail ?

Nous menons depuis 2006, avec Catherine de Smet et d'autres enseignants de l'EESAB un travail de recherche sur les archives et collections de design graphique. La manifestation Graphisme en France était l'occasion pour nous de nous pencher sur la politique d'acquisitions mise en place par le Cnap dans ce domaine.
L'ensemble de l’identité visuelle du théâtre Nanterre-Amandiers de 2003 à 2011, ayant été acquise par le Cnap en 2011, le travail magistral mené par Labomatic (de 2003 à 2008) puis par Pascal Béjean et Nicolas Ledoux (de 2008 à 2014) était bien évidemment un sujet de choix.

Le travail a commencé en janvier 2014 par une rencontre entre les neuf étudiants et Pascal Béjean dans son atelier parisien, une demi-journée nécessaire pour prendre connaissance de l'ensemble de la production, des enjeux liés à cette commande au long cours, du déroulement de cette longue histoire. Et puis, de retour à Rennes, il s'est agit pour chaque étudiant d'analyser ce corpus gigantesque, d'en proposer une présentation critique et une mise en espace scénographique.

L'aboutissement de ce projet est une exposition qui confronte les réalisations du théâtre Nanterre-Amandiers avec d'autres réalisations de graphistes, comment s'est opéré ce choix et que nous dit cette confrontation ?

Parmi toutes les propositions formulées par les étudiants, l'une était basée sur cette confrontation et c'est cette piste de travail que nous avons décidé de développer collectivement au sein du groupe. Ils ont choisi une quinzaine d'affiches, créées entre 1980 et 2014 par des graphistes d'Europe, de Russie ou des États Unis, qui entraient en résonance avec les affiches des Amandiers. Ces résonances étaient parfois esthétiques, formelles, parfois sémantiques ou encore historiques, tant dans ce qui les rapprochait que dans ce qui les éloignait parfois les unes des autres.

Les étudiants ont donc contacté les graphistes pour solliciter des prêts et les échanges ont été particulièrement riches et stimulants. Au final, douze affiches nous ont été prêtées par les graphistes eux-mêmes (Jacques Borel, Michel Bouvet, Ronald Curchod, Jan & Randoald, Anette Lenz, Rudi Meyer, Peter Moser, R2 design, Eva Rittmeyer & Xavier Robel et Paula Scher) ou par des institutions (les archives d'Aubervilliers pour une affiche de Grapus, le Pôle graphisme de Chaumont pour une affiche de Cornel Windlin).

Cet atelier a permis aux étudiants de mener un travail de recherche et de réflexion autour de l'affiche en général et de l'affiche de théâtre en particulier, d'en mieux comprendre les enjeux esthétiques (dans la place qu’elle occupe dans le paysage visuel contemporain) mais également politiques (dans sa relation avec les institutions culturelles et les publics). C'est cette réflexion qui est donnée à voir et à comprendre au public jusqu'au 13 juin 2014 dans les Galeries du cloître de l'EESAB-Rennes.

Entretien réalisé par Véronique Marrier, chargée de mission pour le design graphique au Centre national des arts plastiques et co-commissaire de « Graphisme en France 2014 ».